Discours Article provenant de  Agence canadienne d'évaluation environnementale

Les notes d'allocution pour l'honorable Catherine McKenna, ministre de l'Environnement et du Changement climatique - Conférence de presse - Le gouvernement du Canada agit pour restaurer la confiance dans les évaluations environnementales

Le 27 janvier 2016 – Ottawa, Ontario

Sous réserve de modifications

Merci de vous joindre à nous aujourd’hui.

Je suis heureuse d'être ici avec mon collègue, le ministre Carr, en vue d’annoncer les mesures qui seront prises immédiatement pour renforcer l’évaluation environnementale.

Que la ministre de l’Environnement et du Changement climatique et le ministre des Ressources naturelles travaillent ensemble sur cet aspect constitue un message important indiquant qu'un environnement sain et une économie forte vont de pair.

Nous savons que les projets de ressources naturelles jouent un rôle essentiel dans notre économie, et nous reconnaissons l’importance de créer des emplois et de favoriser la croissance économique pour les Canadiens.

Nous savons aussi qu’en 2016 les projets ne pourront se réaliser que s’ils sont exécutés de manière responsable et durable.

Nous croyons qu’il est important de rétablir la confiance des Canadiens envers nos processus d’évaluation environnementale.

Nous devons tenir compte des points de vue et des préoccupations des Canadiens, respecter les droits et les intérêts des peuples autochtones et appuyer de manière responsable notre secteur des ressources naturelles.

C'est le seul moyen d'acheminer nos ressources vers les marchés au XXIe siècle. Aujourd’hui nous faisons le premier pas vers cet objectif.

Les principes que nous annonçons aujourd'hui permettront au gouvernement de prendre de meilleures décisions, basées sur les faits, à l’égard des grands projets.

Ces principes s’appliqueront aux projets faisant actuellement l'objet d'une évaluation environnementale fédérale jusqu'à ce que les modifications législatives puissent être mises en œuvre.

Les principes sont clairs. Ils faisaient partie de nos promesses électorales en automne dernier. Les Canadiens nous ont donné un mandat clair en vue leur mise en œuvre. Aujourd'hui, nous voulons nous acquitter de ce mandat.

Tout d’abord, aucune évaluation de projet n’aura à reprendre depuis le début.

Les décisions seront fondées sur la science et les faits, y compris les informations sur le changement climatique et le savoir traditionnel des peuples autochtones.

Les décisions seront éclairées par les consultations menées auprès des peuples autochtones, des Canadiens et des collectivités touchées, ainsi que par leurs observations.

J'ai mentionné la mise en place d'un régime qui rétablit la confiance des Canadiens.

Je crois que nous y arriverons en écoutant ce que les Canadiens ont à nous dire, en les consultant et mettant en place de nouveaux processus qui tiennent compte de ce qui est important pour eux.

Les consultations sont et demeureront le fil conducteur de notre gouvernement sur la façon d’aborder les évaluations environnementales.

Comme l'a souligné le premier ministre, il n'y a pas de relation plus importante pour notre gouvernement que celle avec les peuples autochtones.

Il est temps d’établir une nouvelle relation de nation à nation avec les peuples autochtones fondée sur la reconnaissance de leurs droits, sur le respect, la collaboration et le partenariat.

Les principes provisoires mettent en évidence notre engagement à travailler en partenariat avec les peuples autochtones et à s’assurer que leurs droits et leurs intérêts sont respectés.

Les émissions de gaz à effet de serre doivent également être prises en compte dans le processus décisionnel.

Comme vous le savez, la lutte contre le changement climatique est une priorité pour le gouvernement du Canada.

Les faits et les preuves que nous serons en mesure de rassembler sur les émissions de gaz à effet de serre à partir de différentes sources, y compris les évaluations environnementales, permettront d’orienter l’élaboration de notre plan national sur les changements climatiques.

Je tiens à souligner le rôle que le secteur privé au Canada doit jouer dans la lutte contre le changement climatique.

Les hommes d’affaires demeurent une source d'innovation dynamique et ils reconnaissent les possibilités exceptionnelles pouvant découler de l’utilisation de technologies plus écologiques, plus propres et plus pratiques, à mesure que les grands projets sont conçus, mis en œuvre et exploitées.

Une croissance saine représente une belle opportunité pour le Canada.

Je crois sincèrement qu'ensemble, nous bâtissons l'avenir de notre économie et de notre prospérité au profit de tous les Canadiens et des générations futures.

Merci.


Déclaration : Le gouvernement du Canada agit pour restaurer la confiance dans les évaluations environnementales


Recherche d'information connexe par mot-clés

L'hon. Catherine McKenna Agence canadienne d'évaluation environnementale Nature et environnement

Date de modification :