Communiqué de presse Article provenant de  Emploi et Développement social Canada

Archivé - Les mesures d'adaptation en milieu de travail : au-delà de l'obligation

Contenu archivé

L'information archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n'est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n'a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Ottawa (Ontario), le 27 mars 2012 — La ministre du Travail du Canada, l’honorable Lisa Raitt, a communiqué ses réflexions sur la façon dont le Code canadien du travail peut aider à aborder la question de l’adaptation en milieu de travail, dans un discours thème prononcé à une conférence d’INFONEX tenue dans la capitale nationale. Le thème de la conférence était « Managing Your Duty to Accommodate ». 

« Nous devons favoriser l’adaptation, non seulement parce que c’est la loi, mais parce qu’elle compte parmi les valeurs qui constituent notre ADN national », a déclaré la ministre Rait.

À titre de ministre du Travail, Lisa Raitt veille au respect du Code canadien du travail, dans les milieux de travail sous réglementation fédérale, en ce qui concerne les relations industrielles, la santé et la sécurité et les normes du travail. Elle est aussi responsable de l’application de la Loi sur l’équité en matière d’emploi.  

« Nous savons tous, par exemple, que la population est vieillissante, a indiqué la ministre Raitt. Nous devons reconnaître ce fait et voir de telles tendances comme des occasions d’agir. » 

La ministre Rait a aussi parlé d’un enjeu lié à la santé et à la sécurité souvent soulevé par les dirigeants d’entreprise et les universitaires, soit la santé mentale en milieu de travail. 

Tous les jours, un demi-million de Canadiens et de Canadiennes n’entrent pas au travail en raison d’un problème de santé mentale.

Selon la Commission de la santé mentale du Canada, la maladie mentale fait manquer plus de journées de travail que toute autre maladie chronique et entraîne pour notre économie des pertes de productivité de quelque 51 milliards de dollars par année, ce qui représente le double des pertes attribuables aux maladies physiques. 

« Trop souvent les gens souffrent en silence. À titre de ministre du Travail, j’examine présentement une gamme de politiques et de programmes qui permettraient de s’attaquer plus efficacement aux problèmes de santé mentale en milieu de travail », a souligné la ministre Raitt. 

En ce qui concerne les mesures d’adaptation, la ministre Raitt ajoute qu’« il faut penser au-delà de l’obligation. Chacun de nous doit jouer son rôle dans la création de milieux de travail où l’on respecte la diversité et répond aux besoins spéciaux. » 

- 30 -

Ce communiqué est offert, sur demande, en médias substituts. 

Pour plus de renseignements (média seulement) :

Ashley Kelahear
Attachée de presse
Cabinet de la ministre Raitt
819-953-5646

Bureau des relations avec les médias
Ressources humaines et Développement des compétences Canada
819-994-5559
Suivez-nous sur Twitter

Date de modification :